Dette et (in)dependance des femmes dans un contexte migratoire

Sylvie Malsan

Resumo


Les études généralement produites sur le phénomène de la « traite » des êtres humains donnent les femmes soit pour entières victimes, soit, inversement, pour totalement autonomes. À partir de documents ethnographiques portant sur des contextes différents de migration féminine, cet article se propose de dégager la question de la dette à laquelle sont liées les femmes étrangères victimes de trafic ou de traite qui se livrent à la prostitution. Cette dette financière mais aussi symbolique détermine une forme de servitude et/ou de dépendance dont il leur est difficile de se défaire. Notre objet est ici de comprendre comment une minorité d’entre ces femmes (ré)agissent contre un prix à payer qu’elles jugent inique et apparenté à un abus de droit qui atteint leur volonté de circuler librement hors des frontières, si ce n’est hors de leur groupe social d’appartenance.

Texto completo:

PDF

Apontamentos

  • Não há apontamentos.


Direitos autorais 2017 REALIS | Revista de Estudos AntiUtilitaristas e PosColoniais - ISSN: 2179-7501



Creative Commons CC Atribuição Não comercial, sem derivação 4.0.